Puissiez-vous voyager, dont aussi en vous!


Puissiez-vous vivre l’instant T là, surtout là où vous aimez vous trouver, vous retrouver et avec qui, hors toute influence extérieure vous immobilisant, vous aimez, tout simplement! Vivez la beauté d’être et de partager la beauté simple d’être tel que vous êtes: un être merveilleux!

25 octobre 2020, Plougasnou, pour un moment qui dure un peu plus que prévu…

Misez-vous sur le départ où aller ou suivez-vous aussi vôtre ascendant primordial d’évasion: vôtre intériorité?
Miser sur les voyages, concrets et stabilisés rassurants, peut vous permettre de réaliser certains de vos rêves; ils sont purs, aventureux, pleins de surprises à retrouver et/ou à découvrir. C’est une période de liberté grandement appréciable, à qui veut voyager.
De même, miser sur les voyages intérieurs est aussi pur, aventureux, plein de liberté surprenante à se rappeler et/ou à redécouvrir!
La mémoire, les sens dont l’odorat ainsi que l’imagination offrent plusieurs manières de voyager tout en restant immobile. Par la suite, ces voyages peuvent même, pour certains, devenir palpables!
Puissiez-vous parvenir à formuler vos rêves d’évasion, seul(e) ou accompagné(e) de qui compte sincèrement pour vous et pour qui vous comptez tout aussi sincèrement!

Vous seul(e) pouvez accueillir vos aspirations profondes, hors des poids lourds d’influences extérieures, de jugements et conditionnements illusoires. Parfois, passer à côté du bonheur rime malheureusement avec l’âge, la différence, la famille, les amis, le lieu, le ou la partenaire de vie devenu à ritualiser à rassurer, sécuriser, à préserver de tout changement qu’elle réfute ou pressent dangereux pour le duo quel qu’il soit etc…!


Seul(e) vous, savez et ressentez où et avec qui vous aimeriez partir, rejoindre, partager, pimenter et plus encore, votre existence riche d’aventures plus vibrantes et intenses par millier!
Seul(e) vous savez qui, dont vous-même, peut comprendre vos rêves, vos espérances et vôtre soin permanent à libérer vôtre la liberté!

ÀnelÔ DM

Puissiez-vous garder espérance!


Merci à mon amie Carole pour cette capture de joie aussi spontanée, partagée que détachée! L’amitié sacrée, en ces moments-clés si précieux, est éternelle à qui sait réellement et en toute sagesse la ressentir et la vivre. Oui, c’est bien moi…

24 octobre 2020. Térénez pour le moment…


Puissiez-vous continuer à vous amuser, quel que soit le jour, quel que soit vôtre vécu, celui de vos contacts et qui que vous soyez!
Vous, chers sages, savez outrepasser toute éventuelle mauvaise nouvelle ou absence d’échange si pertinemment illusoire, en vous et en celui ou celle, si justement, absent. C’est une manière sage d’exister comme une autre, après tout. Un choix de non choix, en quelque sorte profitable à qui, on ne sait pas, mais là n’est pas vôtre problème, si problème il y a.
Échange ou pas, vous savez trouver en vous et cultiver ce qui vous réjouit, quoi qu’il arrive et/ou qui n’arrive pas ou plus ou pas encore.
Chacun étant responsable de ses actions, non actions, réactions et non réactions, à quoi bon s’en enorgueillir ou s’en offusquer? Ce serait vous étouffer vous-même d’un poids qui ne vous appartient pas, ou plus, ou pas encore. Allégez-vous-en de ce pas éternellement!


Puisque l’autre, c’est aussi soi, l’attitude reflète tout simplement votre propre comportement qui plait ou ne plait pas, émeut ou laisse froid. Vous seul(e) pouvez l’apprécier ou pas; l’autre en est dénué de pouvoir, si vous prenez la peine de le délester de vos propres questionnements illusoires. Vous vous libérerez bien plus fluidement de vos joies ou de peurs (etc…) ainsi l’un et l’autre.


Face à une énigme peut-être quelque peu provisoirement déstabilisante mais bien-sûr largement surmontable pour les sages que vous êtes, vous voilà à la croisée de plusieurs chemins expérimentaux extérieurs à découvrir avec (soyez fous que diable!): fougue, passion, rationalité, perspicacité etc… Avec l’autre ou pas, vous vivez et avez bien raison d’en profiter pleinement!

Sagement, vous savez que parmi les champs des possibles face à une réponse ou un possible malentendu peut-être même inaudible, il y a devant vous deux grandes voies plus sages que d’autres: soit vous prenez bien note de la réponse ou du mutisme et laissez fluidement vôtre paix et celle de l’autre aussi intactes qu’habituellement, soit vous êtes surpris(e) et en profitez pour apprendre encore et toujours plus sur vous, sur vos interactions et réciproquement.

Quelques battements de nageoires en eaux troubles aussi bien qu’en eaux claires vous servent de sonar en vous orientant dans une eau fluide où la question de la nature exacte de l’eau est elle aussi devenue totalement illusoire tant vous y nagez, tout simplement, qu’elle soit accueillante ou pas. Dans les deux cas, vôtre sagesse en est humblement honorée et même, fortifiée. Vous pouvez ainsi interagir bien plus sagement avec qui plane sur la même corde d’onde. L’autre est également alors élevé au lieu d’être parfois rabaissé(e) inutilement et surtout, encore une fois, illusoirement.

Vous seul(e) savez ce qui vous touche ou pas.
Vous seul(e) sentez que ce qui est plus fort que vous et même plus fort que tout, vous grandit, quoi qu’il arrive.
Vous seul(e) savez qui vous aime assez et sincèrement pour partager vos joies, vos peines etc, en étant là, présent(e) et plaisant(e).
Vous seul(e) savez pour qui vous souhaitez et actez être là, présent(e), plaisant(e) quel que soit le vécu de l’autre qui compte sincèrement pour vous.
Les espoirs déçus peuvent toujours faire place à une rayonnante et si paisible espérance.
Gardez foi en vous, en tous et en toutes en ce grand Tout si vibrant de surprises!

ÀnelÔ DM

Pour ces expulsés, vous auriez fait pareil, ou pas?

23 octobre 2020, Plougasnou, pour le moment…

Heureusement, les autorités ont pu reloger les hommes du squat de l’ambassade depuis ce reportage! La personne propriétaire a pu récupérer son bien. Le quartier a retrouvé un certain calme. Merci à tous ceux qui ont permis cela, dont les bénévoles d’associations, les gens du quartier, mes propriétaires et donc, Augustin et Maxence Flepp, à l’origine de cet article.

Qu’importe vôtre réponse! Vous seul(e) savez ce qui vous touche, vous provoque du rejet etc…
Vous seul(e) pouvez vous reconnaître en ces vidéos, vous en sentir proche, ou au contraire étranger (étrangère).
Vous seul(e) suivez la sagesse qui a du sens en vôtre profondeur d’être vivant faisant partie de ce grand Tout.

Il s’agit d’un reportage en 4 volets par Augustin et Maxence Flepp. Ces deux hommes, via leur métier d’image et de son, ont su privilégier le regard et la personnalité, voire, la sensibilité, des principaux concernés. Comme tous, l’urgence aidant, ils ont fait preuve de rationalité, d’efficacité et de palpable. Ces vidéos sont leur cri du cœur devenu objet aussi précieux que professionnel. Merci à eux deux pour cette trace de vie, là, ici, en ces moments T!
À mon humble niveau, là, c’est moi sur le terrain. J’y suis aussi vivement fatiguée que violemment peinée par de subites, compréhensibles et incompréhensibles raisons issues de cette expulsion. Cependant, comme à la traversée de tout autre acte aussi radical, parfois même venant de moi, l’enthousiasme à toute épreuve s’y mélange positivement avec tous ces hommes dignes d’être reconnus comme tel: un être merveilleux!

ÀnelÔ DM

Misez-vous sur un camping car, un fourgon aménagé, une roulotte etc, ou sur encore plus « tiny »?


Bienvenue!

Le patio principal se trouve juste devant. Petits veinards, vous êtes les premiers à visiter Palmita!

Liberté, voyage, sécurité et/ou abri de force voire, de gré, parfois, vivre hors d’un domicile fixe devient une évidence. Autant bien le faire!
L’actualité de votre vie et de la vie en général vous le dira peut-être:
Puissiez-vous être une personne débrouillarde et heureuse de l’être, pour vous, pour vos interactions et tout naturellement, au cas où!



La vue est plus verdoyante que depuis mon nid fixe.

23 octobre 2020, Plougasnou, pour le moment…

L’idée est venue hier matin, alors sur la route: si jamais, pour x raison, chaque nid fixe, dont le mien, devait disparaître du jour au lendemain, que faire et où aller? L’idée d’indépendance mobile et habitable était là depuis bien longtemps, sans toutefois miser également et aussi pertinemment sur la sécurité.

Le rêve d’un fourgon aménagé doit parfois attendre une fiscalité plus étoffée, plus rationnelle et pourquoi pas, plus émotionnellement en accord avec soi.
Les images difficiles de personnes vivant dans leur voiture nous ouvrent à cette réflexion: comment le vivre dignement; comment ne pas s’y perdre, tout simplement? Y a-t-il un moyen, pour faire de cette misère une belle, joyeuse et surprenante créativité, même avec à peine quelques euros et/ou en chinant à droite puis à gauche?
Qu’en est-t-il des personnes un peu mieux loties possédant une voiture mais sans aucun moyen de locomotion aussi grands, ou moyennement grands, qu’un fourgon, un camping car? Ont-ils un lieu plus immobile comme un mobile home, une yourte ou autre puis de paix de ce genre?

À condition de ne pas être sans voiture, il vous reste vôtre rationalité et justement, vôtre merveilleusement pratique « tiny mobile »!



C’est petit? Pourquoi ne pas vous imaginer en diagonale, si c’est possible?
C’est froid? Pourquoi ne pas privilégier le plastique pour une fois pluriellement profitable, à plus d’un titre? Il réchauffe, isole, peut facilement se nettoyer, se réutiliser, conserver, vous protéger de ce qui vous inquiète, et plus encore…

Un simple rideau de douche et vous avez votre esthétisme rassuré, rassurant, même en période rude à digérer, dont en cas de grande précarité. Puissiez-vous ne pas être concerné(e) par cette misère! Cependant, si vous la vivez, il y a toujours une solution digne de la merveilleuse personne que vous êtes et serez toute votre existence, en toute circonstance!
Avec ces quelques idées (dont un seul tissu de douche, du gaffer, de la ficelle de cuisine, de petites pinces…) ajoutées aux vôtres, vous voilà libres, indépendant dans l’âme envers tous et toutes en ce Tout dont chacun fait partie, sans la moindre honte d’être celui ou celle en surplus etc…

Vous avez un toit et ce toit est le vôtre!

Pour à peine une quarantaine d’euros, sinon en cherchant ces outils autrement qu’en achetant, vous êtes libérés de contraintes! Pour exemple: avec quelques mesures à prendre et vôtre créativité, vôtre voiture devient vôtre lieu de vie secondaire idéal et/ou principal. Vous voilà, en prime, avec un panoramique directement accessible sur là où vous vous trouvez et/ou vous déplacez!


Et si c’était ça, finalement, la liberté de faire partie de ce grand Tout?

Seul(e) vous connaissez vos rêves et votre situation.
Seul(e) vous savez, aussi, ce qui vous convient ou pas…

ÀnelÔ DM












Misez-vous sur trop ou sur ce qu’il vous faut?



Puisque je pars quelques jours, j’ai l’honneur de vous présenter ma maison mobile en cette capture. Tout y est, jusqu’au lit, qui prend le plus de place en ce sac blanc et, bien-sûr, le tapis de yoga!

22 octobre 2020, Nantes puis, peut-être le « où » su d’ici peu. Et même plus tard, peut-être, avec les interactions, quelles qu’elles soient.



Misez-vous sur beaucoup ou peu d’affaires lorsque vous vous absentez de votre nid douillet ou/et, même dans ce nid douillet?
Priorisez-vous le principal pour vos besoins, ou préférez-vous vous entourer d’objets aussi utiles qu’inutiles dénués d’émotionnel ou doués d’affectif?


Le cœur, chers sages, vous le savez bien, contient tout l’affectif qui vous nourrit depuis votre premier souffle. Un simple cailloux, une jolie pierre, une plume blanche, etc, vous stimule subitement là où vous l’avez trouvé cet objet et vous remémore avec qui vous étiez ou n’étiez pas, à cet instant T. Lorsque vous fermez les yeux, tout votre être les ressent, les visualise et même les rend palpables. L’odorat s’y ajoute rapidement, la peau se souvient elle aussi d’une autre peau, etc… Vous savez, qu’un objet reflète ce qui est en vous, en chacune de vos cellules.

Tel un miroir, misez-vous sur l’âme plus que sur l’objet de vos ardeurs?
Puisque l’objet est dénué de réponse, hormis vos aspirations et souvenirs là, présentes, même sans lui, puissiez-vous libérer votre espace, nomade ou non, épisodiquement ou pas, afin d’accueillir le présent et ses mille et une surprises qu’il vous offre et vous offrira certainement encore!


Vous seul(e) savez quoi et qui, vous souhaitez apporter à l’autre, en vous-même!
Vous seul(e), savez, qui peut vous accompagner ou pas, selon multiples manières d’aborder le côté matérialiste (puisse-t-il être plutôt minimaliste!), qu’il suggère à la vue de son nid, là, ou mobile.

Vous seul(e) avez le pouvoir et le devoir de vous respecter aussi sur le plan matériel qui reflète votre intériorité et donc, de voyager en qui vous êtes vraiment et avec qui vous voulez…

ÀnelÔ DM


L’enchanteur enchanté, ou la douce nostalgie d’une absence qui continue d’enchanter?

Photo prise ce jour, au hasard d’un lumineux hors sentiers à suivre. La Desnerie, Chapelle-sur-Erdre.
21 octobre 2020.

Pouvez-vous penser à la personne élue de vôtre cœur et qui vous enchante tant, avec joie, paix et amour, même si vous êtes séparé(e)s? Savez-vous seulement si elle aussi pense à vous avec enchantement? La ressentez-vous, malgré la distanciation physique (s’il y a distanciation physique)? Rêvez-vous de vous rapprocher tous les deux de manière amicale aussi bien qu’en ébats amoureux ou maltraitez-vous ce désir pour une raison qui est la vôtre et/ou celle de cette autre personne?
Par delà vos balades, solitaires ou non, imaginer par moments cette autre personne partager votre magie de voir le beau est plus fort que vous, plus fort que tout… Malgré ce Tout qui vous sépare éternellement ou provisoirement, il y a ces instants de bonheur profond que l’on aimerait vivre encore, au moins de temps en temps, aussi ensemble.

Pour vous, chers sages (et, espérons-le pas toujours sages mais suffisamment pour naturellement pardonner et vous pardonner quoi que ce soit, en transmutant d’éventuelles erreurs en merveilles de créativité positive à deux et pour vous deux), il va de soi que l’autre adorerait partager vos surprenantes découvertes.
Or, cet autre est absent, du moins physiquement. Ou vous êtes cet être absent…
Maltraitez-vous votre joie à penser à lui à ces instants T ou, au contraire, souriez-vous en songeant combien il aimerait partager cela avec vous, voire, le découvrir par lui seul?
Aimer au point d’aimer même sans présence de cet autre, est limite inquiétant pour la plupart des lambdas. Mais, pas pour qui se sait sage à un tel niveau de sagesse et envers cet autre aimé inconditionnellement, où qu’il soit et avec qui il soit. D’ailleurs, il vibre peut-être exactement la même chose en ces autres interactions ou en de similaires instants T!
Pensez-vous à tous, toutes en ce Tout en partageant de l’amour, par flux continu, dont envers cet autre?
Priorisez-vous cette beauté pure et si simple à lui offrir ou vous en privez-vous, pour x raisons qui vous regarde et dont vous êtes seul(e) responsable? L’autre, que l’on croit parfois en rejet, est le miroir de masques internes à chacun, comme vous le savez si bien.
Est-ce vraiment lui, alors, la source de cette éloignement physique?
Les messages ont-ils été clairement transmis? La réception, comme vous le saisissez si bien en retour, en dépend, ainsi que les messages de réponses à partager aussi limpidement que possible.


Il arrive souvent que deux sages, alors bien trop sages, multiplient les aisances de sagesse afin de rester paisible et laisser l’autre paisible également. Mais, plus péniblement, espérons-le rarement, ils s’empêchent peut-être alors de se doter tout simplement du droit d’être spontanés l’un envers l’autre et de s’octroyer le droit d’être heureux, ensemble! Concrètement, aussi purs qu’ils soient, et, justement par excès de pureté, ils s’empêchent de s’aimer, se toucher etc…!
Mise à part la sagesse, les sages, qui adoreraient partager avec leur autre sages, voient les limites de leur sagesse. Ces limites se font jour à ces instants T, là, ou ici, par là-bas aussi… Car, même les sages souffrent du mal d’Amour. Quand leur cœur de sages, qui a ses raisons que la raison ignore, se met à donner le vertigineux sentiment d’Aimer, d’Aimer tellement, d’Aimer si fort, tout sage sait, au plus profond de lui, que rien ni personne ne saurait combler le vide de l’absence de celui ou celle tant inconditionnellement aimé(e). C’est le prix de sa sagesse parfois tout sauf sage, pratique et rationnelle…


Chers sages, faites-vous la nuance entre vos frustrations constructives et celles qui, de manière illusoire, détruisent hors de votre volonté la beauté d’un lien suprême?

Adoreriez-vous revoir cette personne corps et âme, peau contre peau, voir ses paupières se fermer par plaisir d’être là, à vos côtés et même peut-être fougueusement, mélangeant ardemment vos sueurs et vos salives respectives? Si vous avez ce souhait, dites le lui! Lisez en l’autre s’il le souhaite aussi ou pas! Qu’il soit lisible ou non, il est lui aussi humain! La seule issue est qu’il risque juste, très utilement pour lui aussi, de vous éclairer sur vos aspirations et les siennes, qu’elles soient accueillies ou non. Ainsi, vous saurez tous les deux si le chemin est digne d’être parcouru en commun, ou pas…
Vous seul(e) pouvez poser les bonnes limites à harmoniser ensemble, les bonnes questions etc… Vous seul(e) savez qui vous manque à ces instants T si délicieux à vivre et plus délicieux encore avec la personne mise au rang de vôtre élu(e).
Avoir plusieurs(e)s élu(e)s dirait de vous que vous êtes tout simplement vôtre propre élu(e), en tout(e) sage que vous êtes aussi. Là encore, seul(e) vous pouvez l’émettre clairement et simplement, afin que le message soit aussi clairement entendu et respecté par qui vous aime inconditionnellement. Le lui dire listera limpides et libérés de tout questionnement illusoire les chemins alors à suivre, ou plus, ou pas, ou, pas à pas…

ÀnelÔ DM

Êtes-vous réticents à la beauté, à la laideur? La censurez-vous ou l’accueillez-vous?

Photo: Geoffrey Arnoldy. Shooting du 3 octobre 2020, à Nantes. Thème principal souhaité éclairé et éclairant: « L’expression, au delà d’un corps ». Modèle, chorégraphe: moi-même.
La plastique vous plait ou non. Les ressentis et réactions, fort heureusement, vous appartiennent!

21 octobre 2020, Nantes.

Prenez-vous la peine de connaître en profondeur, quelqu’un qui vous semble trop beau, trop belle, ou au contraire pas assez digne pour vos aspirations esthétiques, pour être hors ou en tout scepticisme?
Priorisez-vous les personnes dites moins belles, par sécurité émotionnelle, rationnelle, voire, par sécurité matérielle, ou/et pour que votre entourage soit lui aussi sécurisé et reste envers vous sécurisant?


Au delà des visages, quels qu’il soient, il y a une personne ayant exactement les mêmes besoins que vous, que tous et toutes en ce Tout: souhaitons les alignées en et à elles-mêmes. Elles souhaitent purement et simplement aimer et être aimées, pour qui elles sont vraiment, au delà de tout masque illusoire. Qu’importe leurs apparences, que ces personnes plaisent ou non! Elles sont muées par ces réflexes vitaux et humains, encore une fois, d’aimer et d’être aimées pour qui elles sont, tout simplement.


Condamnez-vous, pour peu qu’il y ait à condamner, un ami, un frère ou autre proche suffisamment proche en osant lui dicter ses liens sains ou non, afin de les détruire? Lui dites-vous: « Elle est bien trop beau, cela va créer des problèmes? » (Ou il). Sinon:  » Si moche! T’es sûr(e) de toi là? »
Au contraire, profitez-vous de l’occasion pour enrichir, de cette si bienvenue nouvelle nourriture vitale, vôtre propre vie et vôtre si cher cercle familial, amical, amoureux, etc…?

Vous laissez-vous influencé(e) par des avis extérieurs à vous-même ou choisissez-vous et cultivez-vous vraiment par vous-même, hors toute influence?


Quelqu’un qui vous touche profondément et venu d’ailleurs est-il merveilleusement accueilli ou purement rejeté pour qu’il ou elle reste loin de vôtre sécurité si paisiblement installée dans une zone privée à ne pas perturber par un vertige incontrôlable?


Vous le connaissez, espérons le, ce vertige qui est plus fort que vous! Il peut surgir de nul part, même en étant assis(e), debout, solitaire et/ou plongé(e) au beau milieu d’une marée humaine, là ou encore ici; partout ou au beau milieu d’une foule, ou en un lieu paraissant désert; en profondeur et même violemment, il paraît là, précisément où vous êtes et seul(e) vous, savez et ressentez ce que cette surprise provoque en vous.

Est-ce un volcan bienvenu? Est-ce la naissance d’une peur trop bien connue par le passé, ailleurs, via une autre personne?

Est-ce le vertige bienvenu ou le bouleversement trop effrayant?
Cela provoque-t-il en vous l’immersion palpable et délectable de nager et flotter dans une bulle irréellement paisible où se lover avec cet autre, une heure, un mois, des années, tant cet(te) autre semble être vôtre élu(e) tant il ou elle vous mime naturellement spontanément, tel en gémellité aussi irréversible que sublimement surprenante pour les deux?

Vous seul(e) avez la réponse. Vous seul(e) savez où se situe la sincère beauté qui vous touche, vous inonde, vous bouleverse et vous chavire, tant ce vertige est plus intense que n’importe quel autre vertige pourtant, sans doute délicieux lui aussi. Mais, moins beau; ou plutôt, plus pratique, moins encombrant, ou, finalement, beaucoup plus, ou pas du tout…


Votre vie, pleinement, sincèrement, humainement, vous appartient!
Vos choix autant que vos non choix, vous appartiennent!
Ceux qui vous aiment vraiment, inconditionnellement, respectent autant vos indécisions, décisions que vos actes ou non actes! Ils vous laissent libres d’être qui vous êtes! Ils vous espèrent libres autant que libérés, de vous aimer pour qui vous êtes, de vous laisser être aimé(e) par qui vous aimez vraiment et inconditionnellement!
Votre magnifique bulle d’Amour intime vous appartient…



ÀnelÔ DM

La censure, pour ou contre? Pourtant contre, j’en ai beaucoup ri ce matin même!


Image du photographe, vidéographiste et luthier Vincent Borgeon, prise et créée pour le solo « Visages de femmes », dont je suis la chorégraphe et l’interprète. Cf: vidéo non censurée d’illustration.

19 octobre 2020, Nantes.

Ce matin, à ma grande surprise, YouTube me signalait par mail être censurée pour une vidéo non adaptée aux moins de 18 ans! Mise à mal dans mon respect d’autrui de sage pas toujours sage que je suis mais là, concernée par l’effet éventuel néfaste sur un être mineur, j’ai de suite ouvert la vidéo en question. Et là, quel fou rire! Pfiou! J’en ri encore à vous l’évoquer! Merci à qui y a vu ce trop et à YouTube!

Attention, le lien est donc considéré, effectivement et toujours à ma grande surprise, très sensuel, dangereux, plein de vice etc… ! Tellement trop de trop, pour qui, je ne sais pas, mais trop, ou peu trop, trop peu, lisez où il est de trop ou de trop peu… Ou la la! Je m’embrouille de trop, là! Peut-être trop, ou pas assez? Là, submergée de trop plein de quoi je ne sais pas, il semble que la liaison s’embrouille entre mon onde du niveau de trop et/ou du seuil de trop de qui y a vu, justement, du trop!… Bref, il faut officiellement votre clic prouvant que vous avez bien plus de 18 ans pour lire par vous-même l’objet du délit.

La première vidéo, celle donc censurée, est de très mauvaise qualité de son et d’image. J’improvisais, à une heure tardive ces quelques pas. Rien de plus ni de trop, donc… Pour le reste vous êtes seul(e) « juge ». Elle date de 2008. Comme quoi, il est toujours suffisamment temps de décider et d’agir!

Je compte sur vous pour votre plein sérieux et votre capacité cliquable par réflex ou autre raison qui vous appartient et mise sur votre sagesse pas toujours sage pour décider par vous-même si vous la regardez ou non. Soyez sage! Promis hein! 😉

Voilà donc l’objet du crime de lèse majesté (le son et l’image sont pitoyables, vous êtes sagement prévenus):

Donc, à l’origine, il y a ce projet évoluant suivant les évolutions artistiques concrétisées après mes quelques repérages, entraînements etc…. Ici, « Visages de femmes » est filmé lors du colloque international de « Femmes de lettres » à l’Université Rennes II. Ouf! Aucune censure! C’est aussi et évidemment de bien meilleure qualité puisque toute action y est professionnelle, dont dans les éminences sages (psychologues, intellectuels, professeurs en toute matière, et plus encore…) présentes dans le public:

Êtes-vous choqué(e) vous aussi ou visualisez-vous une artiste qui fait simplement des recherches pour son travail d’interprète et de chorégraphe, passant toujours des messages les plus profonds possibles afin de réveiller la sagesse et le bonheur de chacun, s’il en est besoin?
Vous seul(e) avez la réponse, sage que vous êtes! Vous seul(e) savez où se situe votre trop ainsi que votre trop peu…

ÀnelÔ DM

Rions un peu! Ou beaucoup, selon vous…

18 octobre 2020, Nantes.


Paroles d’un sage que vous devez vite découvrir: « L’humour de Maurice », dont sur FaceBook. Belle découverte à vous!

L’humour de Maurice a réveillé mon envie d’espièglerie si peu exprimée depuis ces derniers temps! Ou pas assez en tout cas!

Quelle envie? Celle de redevenir aussi fraîchement naïve que parfois stupide; ou plus encore pénible tant je peux l’être aussi en tant que sage qui s’assume sage pas toujours sage. Quel que soit mon âge: « Zou! c’est reparti de plus belle! » D’ailleurs, c’est le tout premier article ou « je » parle de moi! Mais passons à vous! Ce sera bien plus agréable et, je l’espère, peut-être et surtout constructif. Votre sagesse saura…

Avez-vous toujours cette envie de garder vôtre humour et vôtre âme d’enfant?
Sur la page de « L’humour de Maurice » ce qui prime est l’humour lumineux d’une personne, un homme, semble-t-il. La vivacité d’esprit et d’écriture, pardon à nous les dames si vives et si également pertinentes cependant, je crois, dans une autre formalisation de leur fond, me semble en effet masculine. Par ailleurs, Les plus sages sauront ce merveilleux clin d’œil remémorer en eux et en elles la publicité dont vous vous souvenez tous, non pour le produit mais en visualisant de suite l’enfant quelque peu « chocolaté » qui nous a tant fait rire il y a plusieurs années!

Qu’importe la polarisation de cette personne, sa discrétion à ce sujet mise bien pertinemment sur une onde émise aussi corrosive, fraîche, que très subtile; tiens, il y aurait-il un humour féminin très rationnel derrière ces paroles de sage, aligné(e) à ses deux genres?
Quoi qu’il en soit oui, il ou elle, est un sage qui sait rire de tout, même de l’éventuel pire à venir.

Qu’il arrive ou pas ce pire, devez-vous pleurer en attendant?

Devez-vous seulement l’attendre, ce pire?

Devez-vous plutôt profiter de ces moments précieux qu’ils vous reste encore à cet instant T pour rire encore, et ce, jusqu’à vôtre dernier souffle?

D’ailleurs, qui vous dit que le meilleur n’est pas est lui aussi prêt à venir? Il a bien-sûr aussi sa part dans tout avenir!
Au delà du moral à préserver joyeux si vous souhaitez rester sage, vos cellules ont également grandement le désir et le besoin vital de baigner fluidement dans la joie de vivre cette vie terrestre! Elles veulent, comme vous, la paix pluriellement partagée comme solitairement, espiègle, ravie, vibrante, sereine, au delà de tout questionnement illusoire etc… Sage que vous êtes, vous savez parfaitement les liens subtils et si efficaces en terme de santé entre la joie et vous-même, autant physiquement que psychiquement et psychologiquement. Il y a, comme vous le savez, du Tantrisme plus agréable à raisonner, résonner et réceptionner plutôt que de se murer dans de vaines tentatives à y parvenir ou de tout bonnement s’y refuser…

Vous avez choisi de rire ou de cultiver les larmes?

Les vibrations que vous émettez le savent: les larmes coulent vers le sol; certes fertilisantes et laissant derrière vous vôtre souffrance mais, elles vous abaissent si le temps les fige éternelles.
Les rires, eux, vous élèvent bien plus que le visage!
Ils vous font rayonner et malgré vous, malgré les rabats joie d’au moins un temps et peut-être pas toujours si clos, même malgré ce Tout, les rires sont contagieux! C’est plus fort que vous, plus fort que tout! Puissiez-vous propager ce virus! Lui seul vaut le coup! Qui l’accueillera d’un cri du cœur tel « Bienvenue! », saura l’effet miroir limpide et réciproquement équilibré: émetteur et récepteur seront alors synchronisés et concrétisés sur la même corde d’onde.
Seul(e) vous savez sur quelle corde d’onde vous vous trouvez et sur laquelle vous souhaitez sincèrement vous réunir, ensemble…

Seul(e) vous, pouvez y répondre.



ÀnelÔ DM

Passez-vous votre temps à rêver ou à agir?


Image reprise sur plusieurs réseaux en hommage à Samuel Paty, enseignant, décapité le 16 octobre 2020, pour avoir priorisé la liberté d’expression, et ce, sans même l’imposer (les élèves étaient libres de voir ou non, les diverses caricatures).

18 octobre 2020, Nantes.

Maltraitez-vous celui ou celle qui ose vous contredire; ce, physiquement et/ou verbalement? L’espoir fait penser: « Non! Bien-sûr que non! »
Pourtant, encore aujourd’hui, Voltaire aurait bien besoin de réagir!
Il maîtrisait l’art des prises de partis pris, sauf envers qui s’orienterait vers l’intolérable. C’était sa limite.

Or, l’extrême action à ne pas dépasser s’est encore réactualisée ce 16 octobre 2020, contre Samuel Paty, professeur d’Histoire Géographie, pris à part et tué pour avoir osé dire, aidé par des illustrations pleinement libres d’être vues ou non par les élèves: « Aimez-vous! Aimez tous et toutes en ce Tout! »
Maltraitez-vous qui vous maltraite? L’avis de chacun à ce sujet peut révéler bien des extrêmes également. Tendre la joue ou rejeter? Faut-il listé de décider passé, ce jour si cruel, ou listé de l’acter digne de perdurer en vous et donc contagieusement en vibration autour de vous?

La délicatesse de nos réactions et de nos actions peut créer autant que détruire, même en voulant la paix. Prioriser l’harmonie, en harmonique de même corde d’ondes, reste la seule manière de nourrir la lumière; c’est là le seul combat, à priori, raisonné, raisonnable, à faire raisonner, à choisir et à cultiver.

N’est-ce pas?
Seul(e) vous avez votre raison et savez donc répondre à cette question…

ÀnelÔ DM

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :